MENU

Le regard unique. Un architecte pense le cinéma

5 May 2019

a

a

a

a

a

a


Robert Bresson et Mies van der Rohe. Le regard unique


Abada Editores a publié en janvier 2019 mon livre La mirada única. Un arquitecto piensa el cine [Le regard unique. Un architecte pense le cinéma]. La reconnue revue d’investigation EGA [Revista de Expresión Gráfica Arquitectónica] a publié dans son numéro 35 une critique très complet qui, à mon avis, résume parfaitement les intentions et contenu du livre. Dans cet article il est ajouté, à la transcription de la critique, quelques images du livre, ainsi que son index détaillé.

 

CRITIQUE REVUE EGA

Le livre propose un regard spécifique et très personnel sur un sujet actuellement très étudié, tel que la relation ou les relations possibles entre cinéma et architecture.

Sous la double optique de son auteur, en tant qu’architecte actif et enseignant de projets architecturaux à l’École d’architecture de l’Universitat Politècnica de València, le livre étudie la possibilité de transférer les modèles spécifiques d’analyse architecturale et ses modèles de représentation à la discipline cinématographique. L’observation détaillée de douze films français réalisés dans l’environnement des années cinquante et soixante, ainsi que l’étude de la documentation disponible sur eux à la Cinémathèque Française de Paris, deviennent des véhicules pour explorer le regard spécifique qu’un architecte peut jeter sur la construction cinématographique.

Le point de départ est l’équivalence qui, selon l’auteur, peut être trouvée entre les deux professions dans toutes ses phases de production. Au départ, l’architecte reçoit un programme qui doit être résolu, tandis que le cinéaste doit donner forme à un argument précédent. Ensuite, les deux professionnels doivent préparer un document de travail avant la construction: le projet architectural et le scénario cinématographique. Lors de l’exécution du bâtiment ou du film, les deux doivent organiser le travail de plusieurs travailleurs spécialisés dans des secteurs très divers. Enfin, l’exposition du film ou l’inauguration du bâtiment complètera le processus de création.


Structures: unités d’histoire, personnages et emplacements dans trois films analysés


À partir de cette prémisse, l’auteur étudie comment le cinéma et l’architecture partagent une même regard, et comme les deux activités créatives en restant réceptives, elles peuvent s’enrichir et approfondir certains aspects inhérents aux deux professions. Par conséquent, un parcours aller-retour est proposé, dans lequel des stratégies et, parfois, des résultats, sont partagés.

Contrairement à d’autres textes qui associent l’architecture et le cinéma à partir de présupposés narratifs ou spatiaux, comme ceux qui traitent de l’utilisation au cinéma des inévitables décors, réels ou fictifs, le livre propose un autre regard, la vision opérationnelle de l’exécuteur, de celui qui établit sur la base d’unes intentions préalables un système spécifique destiné à la construction d’un produit singulier et unique. Le livre parle alors, et c’est ce qui différencie cet essai d’autres publications, de l’architecte et du cinéaste, pas tant que de l’architecture et du cinéma.

Les conclusions dérivées de cette étude permettent à l’auteur d’affirmer que la possibilité d’une analyse partagée entre l’architecture et le cinéma en tant que disciplines visuelles, c’est-à-dire, l’existence d’une certaine vision unique, est possible grâce à, entre autres choses et essentiellement, la condition collaborative et projective que les deux professions partagent.


Analyse de décor dans La peau Douce [François Truffaut]


Le livre est structuré en cinq sections principales. Après une brève introduction intitulée L’architecte et le cinéaste, le chapitre Considérations professionnelles est développé, dans lequel les procédures de travail des deux métiers sont comparées sous différents points de vue. Ensuite, La sélection des cinéastes et de leurs œuvres justifie la collection de films qui servira de base, non exclusive, aux analyses de films contenues dans le livre. Le chapitre Forme et méthode est structuré en deux parties. La première, Métrique et Rythme, développe avec un grand intérêt les analogies possibles entre la structure architecturale formelle et résistante et la structure filmique. Ensuite, Le faux retour aborde l’un des aspects fondamentaux du livre: le processus archéologique à travers lequel un architecte est capable de dessiner avec une certaine précision les scènes d’un film exclusivement par l’observation détaillée des images d’un film. Enfin, le chapitre principal, Neuf regards, entreprend l’analyse croisée des films sélectionnés sur la base de neuf critères de caractère formel, en établissant des liens intéressants avec l’architecture et d’autres arts.

Un livre essentiel pour ouvrir des nouvelles fenêtres sur le monde complexe des relations entre le cinéma et l’architecture.

Auteur de la critique: Pedro Molina-Siles


Analyse d’une conversation dans le Cafe du fleuve, Hiroshima mon amour  [Alain Resnais]


INDEX DU LIVRE

 

1      L’architecte et le cinéaste

1.1    Des mots en commun

1.2    La possibilité d’une analyse partagée

1.3    Le regard unique

 

2      Considérations professionnelles

2.1    Le lieu de travail

2.2    Le début du processus

2.3    En projetant le regard

2.4    Récurrence professionnelle

2.5    La paternité de l’œuvre

 

3      La sélection des cinéastes et de leurs œuvres

 

4      Forme et méthode

4.1    Métrique et rythme

4.1.1 Structure: Unités d’histoire

4.1.2 Structure: Personnages

4.1.3 Structure: Emplacements

 

4.2    Le faux retour

4.2.1  Archéographie des décors

4.2.2  Métrique et géométrie

4.2.3  Véracité de la représentation

4.2.4  La caméra lucide

4.2.5  Analyses des films

 

5      Neuf regards        

 5.1   Franchir le seuil

5.2   Concision

5.3    L’horizon dupliqué

5.4    L’enregistrement de la ville

5.5    Le second sens

5.6    Le successif et le simultané

5.7    La visibilité de l’artifice

5.8    Le temps articulé

5.9    Fermer en sortant

 

6      Annexes

6.1    Fiches techniques et synopsis

6.2    Liste des films cités

6.3    Bibliographie

 

 


Analyse dans Ascenseur pour l’échafaud [Louis Malle]



0
27851
5

Laisser un commentaire!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *